Jean-Pierre Dolet. Un triple parcours professionnel

Une expérience de praticien

Tout à fait initialement, je suis titulaire du diplôme d’état de masseur-kinésithérapeute. A l’issue de quelques années de pratique, tant dans le cadre hospitalier que libéral, j’ai pris rapidement conscience de la nécessité d’élargir mes toutes premières connaissances dans un souci constant d’efficacité. A cet effet, je me suis d’abord orienté vers l’étude de l’ostéopathie, ceci à l’époque où les écoles en étaient à leur tout début d’implantation sur le sol Français. L’enseignement correspondant, très différent de ce qui m’avait été inculqué auparavant sur le plan classique, m’a permis de progresser très largement au niveau de mes résultats thérapeutiques. Il ne s’agissait plus en effet de se baser presque exclusivement sur les altérations de la structure, mais surtout de tenir compte en tout premier lieu des perturbations de la fonction. En un mot, il convenait cette-fois de s’intéresser d’avantage aux causes des déséquilibres organiques et non plus à leurs conséquences. Par contre, l’approche manipulative structurelle, pratiquement seule technique enseignée à l’époque dans le cadre des cours qui m’étaient dispensés, ne me convenait pas vraiment en raison de son aspect par trop analytique comportant toujours quelque part un caractère un peu invasif.

C’est pourquoi, je me suis intéressé très rapidement à l’une des multiples formes de techniques de rééquilibration qui sont connues sous le terme générique de bioénergie. Le concept correspondant en était alors à ses tous premiers balbutiements et son intérêt résidait dans le fait qu’il n’était plus question de manipuler directement les articulations dans le but de normaliser les lésions, mais de libérer certaines zones de tensions tissulaires, apparemment supposées responsables de ces dernières. Par ailleurs, cette même approche présentait aussi les avantages de tenir compte de l’unité du corps sur le plan organique et de s’intéresser préférentiellement à l’origine des déséquilibres plutôt qu’a leurs symptômes actualisés.

C’est à partir de ces bases initiales que, suite à mes multiples recherches ainsi qu’à ma large expérience personnelle, j’ai pu largement dépasser et transcender ces données initiales, pour aboutir à la fois sur les plans théoriques et pratiques à une approche réflexe totalement personnalisée que j’ai désignée sous le terme approprié de  » Reprogrammation neuro-informative ».

Je dispense des soins qui découlent de l’application directe de ce principe réflexologique et j’exerce parallèlement au titre de maître-praticien en hypnose Ericksonienne. Je développe et utilise également certains protocoles de rééquilibration biodynamique simples et performants, basés sur les principes de la physique quantique.

Un enseignant et un chercheur

La Reprogrammation neuro-informative, technique purement réflexe née de la fusion de la thérapie manuelle ostéopathiques et de la bioénergétique, m’a donc permis d’optimiser mes résultats et ceci tant sur le plan thérapeutique que sur celui du bien-être en général. Cependant, ces deux concepts et plus particulièrement l’approche bioénergétique, manquaient largement d’explications véritablement rationnelles sur le plan scientifique. C’est pourquoi, dès mes débuts d’enseignant en biomécanique, je me suis immédiatement attelé à réaliser une série de travaux et de recherches appliqués dans plusieurs domaines.

En tout premier lieu, je me suis attaché à apporter sur le plan biomécanique et à partir des bases initiales acquises tant en kinésithérapie qu’en ostéopathie, de multiples éclaircissements et précisions concernant le fonctionnement de chacune des articulations du corps. Les données physiologiques qui s’appliquaient à certaines d’entre-elles ont même parfois nécessité une refonte majeure par rapport à celles habituellement admises, ce qui a entre-autres été le cas des régions de l’épaule, du pied, de l’unité poignet-main ainsi que du rachis cervical. Dans le même contexte, j’ai également réalisé une étude particulièrement minutieuse et novatrice qui porte sur la biomécanique crânienne et ceci au travers de l’utilisation d’une terminologie inédite.

En second lieu, je me suis employé à éclairer le concept souvent flou, mal défini et pour cette raison fréquemment controversé, désigné sous le vocable « d’énergie ». J’ai ainsi postulé et démontré que les « énergies » sur lesquelles les praticiens portaient leur action, correspondaient en fait purement et simplement aux diverses activités biologiques de l’organisme, toutes parfaitement répertoriées scientifiquement. De plus, mes études m’avaient également permis d’observer que, sur le plan pratique, ces mêmes activités se révélaient parfaitement objectivables et en conséquence susceptibles de bénéficier d’approches normalisatrices et ceci grâce à l’utilisation de modalités manuelles adaptées.

En troisième lieu, et il ne s’agit pas là de la moindre de mes recherches, j’ai complètement démontré à la fois sur les plans théoriques et pratiques, que certaines perceptions très spécifiques en provenance des neurorécepteurs appartenant au système biomécanique, correspondaient en fait à une diffusion constante de potentiels informatifs. Par extension, leur stimulation directe très précise permettait ainsi aux centres nerveux de reprogrammer les processus réflexes nécessaires à la restauration de l’équilibre biologique correspondant.

Mieux encore, j’ai également précisé que cet aspect réflexe, applicable au contexte ostéopathique, pouvait tout naturellement se transposer à la sphère viscérale par stimulation des neuro-récepteurs du système neuro-végétatif.

Je poursuis actuellement des recherches qui s’appliquent à démontrer l’unité biomécanique du corps sur les plans anatomique et physiologique et ceci au travers de la systématisation des lignes de force myo-conjonctives replacées dans un cadre fonctionnel dynamique.

Je dispense bien-sur personnellement l’enseignement de chacun des thémes qui se rapportent à ces travaux.

Un auteur

Mes recherches font l’objet de plusieurs publications qui font partie de la collection intitulée « Cahiers de synthéses »

Mon tout premier ouvrage est dénommé « Biomécanique et bioénergétique, comprendre et corriger ». Bien qu’exposant déjà les bases fondamentales relatives à ces deux contextes ainsi que les principes réflexes correspondants, j’ai pu largement le modifier une première fois et ceci dans un souci de précision. Une troisième version, qui enrichit considérablement le contenu des deux premières a vu ensuite le jour. Il s’agit de « Dimensions réflexes et bioénergétiques de l’ostéopathie », texte qui expose entre-autres le principe et les principales techniques qui se rapportent à la Reprogrammation neuro-informative.

Mon second ouvrage, « Interactions physiologiques en biomécanique crânienne » porte sur une étude particulièrement approfondie des rapports synthétiques originaux relatifs aux mouvements des structures osseuses du contexte crânio-facial. En outre, l’un des intérêts de ce titre est de proposer une terminologie nouvelle et différente du langage ostéopathique traditionnel, mais qui se révèle tout particulièrement adaptée pour clairement définir et comprendre ces mêmes mouvements.

Mon troisième ouvrage se concrétise sous la forme d’un fascicule de semi-vulgarisation, destiné à la fois au grand public et aux professionnels de la thérapie manuelle. Lui aussi vient d’être remanié récemment et paraît sous le titre actuel de  » Principes de reprogrammation neuro-informative ».

Mon quatrième ouvrage « Principes biomécaniques et actions réflexes en thérapie manuelle », développe et approfondit de manière indispensable, les données biomécaniques qui se trouvent exposées au sein de l’ouvrage précédent « Dimensions réflexes et bioénergétiques de l’ostéopathie ».

Enfin, les deux ouvrages initiaux qui préludent à une vaste collection d’écrits qui portent sur l’étude approfondie de la biomécanique considérée exclusivement sous un angle synthétique, viennent de voir le jour. Le contenu de ces documents a pour but de transcender la connaissance de l’anatomie, non en l’apprenant de manière scolaire, mais bien en comprenant sa logique au travers de la physiologie unitaire de base qui la sous-tend et qui s’applique à l’existence des lignes de force myo-conjonctives. Il s’agit là d’une approche novatrice en Biomécanique synthétique qui élargit fondamentalement la vision analytique habituelle. Les deux premiers ouvrages consacrés à ce sujet, « Principes fondamentaux » et « L’organisation thoraco-lombo-pelvienne » sont actuellement disponibles.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :